Posté par: Juliane Mariano Catégorie: Articles Mots clés: , , Date de publication: 3 février 2020

L’envolée de l’Open Source

Lorsque l’on vous dit Open Source, ou encore Open Data, il est parfois difficile de saisir l’intérêt de ces nouvelles tendances du numérique. Alvin Lamartinière, développeur de logiciel libre, nous en dit quelques mots.

Pouvez-vous vous présenter ?

Après mon bac, je suis rentré en classes préparatoires scientifique à Bellevue en 2008. J’ai poursuivi à l’université Paris Saclay pour obtenir en 2014 un master 2 d’informatique. Après une année d’échange universitaire à Montréal j’ai débuté ma carrière professionnelle dans le développement de sites internet E-commerce sur un progiciel propriétaire. Depuis un an, je suis dans le développement logiciel dans une entreprise française leader mondial de l’open source.

Pourquoi l’Open Source ?

Le monde du logiciel propriétaire reste lourd et difficile à faire évoluer. J’ai voulu saisir une opportunité de travailler dans le monde du libre où chacun peut contribuer à l’amélioration du code tout en garantissant un haut niveau de sécurité. Les logiciels open source ont un énorme rôle à jouer dans la sécurisation des systèmes informatiques. Ils promeuvent les notions d’éthique et de respect de la vie privée, notions qui sont de plus en plus mises en avant  dans cette époque de digitalisation généralisée. Ces enjeux me semblent très importants et pouvoir participer à cette façon de penser le développement informatique m’a séduit.

Je travaille actuellement sur un logiciel de partage sécurisé de fichiers pour des organisations ou des entreprises. Ce logiciel, dont la portée se veut internationale, est même actuellement utilisé par  des institutions françaises, ce qui est très gratifiant pour moi.

En quoi cette ouverture du numérique représente une opportunité pour les antilles ?

Depuis une vingtaine d’années, les pouvoirs publics se positionnent de plus en plus en faveur de l’utilisation de logiciels libres. Un grand nombre de données, spécifiques à un territoire, sont rendues publiques et donc exploitables par un grand nombre d’acteurs clés (institutions privées et publiques, entreprises, start-up…). Il s’agit donc, pour nos régions, de prendre ce train en marche.

En outre, l’open source permet une ouverture sur des projets d’envergure internationale. Nos territoires restent encore enclavés. Avec l’open source, tout en étant en Martinique, vous pouvez contribuer à un projet lancé en Amérique du Sud ou, pourquoi pas, en Afrique.

Enfin, pour un développeur, avoir un portfolio de projets open source est très apprécié sur le marché du travail car c’est un marché en nette expansion avec un besoin de main d’oeuvre très important.

Quel est votre conseil à la jeunesse antillaise ?

Si j’ai un conseil à partager, ce serait de chercher l’ouverture sous toutes ses formes et, quand cela est possible, de tout faire pour mettre ses compétences et ses connaissances au service de nos territoires. 


Facebook : ACPA Association des Classes Préparatoires Antillaises 

LinkedIn : ACPA

Instagram: @acpaassociation

Mail : contact@acpa-asso.com

Partager cette publication

Comment (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *